causes

Newsletter 14

Thu, 06/21/2018 - 11:36 admin

Dans cette newsletter, nous revenons sur l’encadrement réglementaire de la titrisation.

Pointé du doigt par le régulateur comme un vecteur essentiel de propagation de la plus grave crise financière depuis la fin des années 30, leur encadrement prudentiel a beaucoup évolué afin d’imposer aux banques un meilleur examen de leurs positions de titrisation et des exigences de capital plus élevées.

Au vu des émissions récentes on pourrait dire que pour le régulateur c’est mission accomplie : sur le 1er trimestre de cette année, les émissions ABS concernaient pour deux tiers de RMBS de qualité élevée et les trois quarts des émissions ont été conservées par les banques.

Néanmoins, la réalité est que nous avons un marché de la titrisation sensiblement atone aujourd’hui avec peu d’investisseurs et un secteur bancaire européen qui est privé d’un instrument d’allègement de bilan et de transfert des risques.

La publication par le Comité de Bâle, de critères pour les titrisations simples, standards et transparents est sensée faire revenir les investisseurs sur le marché avec comme élément incitatif pour les banques un allègement en charge de capital.

C’est pour nous l’occasion de passer en revue les modifications réglementaires sur la titrisation depuis Bâle 2.